Des stages et des ateliers en mai, les inscriptions sont ouvertes!

La gravure : étapes de réalisation

« Femme baignant ses pieds » 1513

« Femme baignant ses pieds » 1513, considérée comme la première eau forte datée de l’histoire.

 

Il s’agit de graver une plaque de cuivre à l’aide d’un « mordant » (morsure du métal par un acide.
La plaque de cuivre est préparée et nettoyée afin de pouvoir y déposer au pinceau une fine pellicule de vernis. Lorsque le vernis est sec on vient dessiner dans celui-ci avec une pointe sèche (un stylet ayant au bout une pointe en métal).
En dessinant on enlève de la matière : du vernis.
Le dessin terminé on plonge la plaque dans le mordant (ici du perchlorure de fer), qui va attaquer la plaque, la creuser, là où elle n’est pas protégée par le vernis, donc là où l’on a dessiné.
On réalise plusieurs temps de trempage et lorsque la plaque est assez creusée on retire le vernis.
On retrouve la plaque de cuivre et on voit le dessin creusé dans celle-ci.

La plaque est prête à être imprimée.

On la couvre d’encre d’imprimerie, une encre assez pâteuse, et on l’essuie progressivement.
Reste à la fin de l’essuyage seulement l’encre qui est accrochée dans les tailles.

Le dessin apparaît.

On pose cette plaque sur la presse en la couvrant d’une peau parcheminée (traditionnellement un papier !) et on la passe sous la presse. Celle-ci exerce une très grande pression et pousse l’encre qui était dans les tailles vers la peau (ou le papier). 

L’image gravée s’imprime.

 
Artise inconnu 
Artiste inconnu
 
Elle reste à sécher quelques jours pour ensuite être inclus dans un chœur.
 
Cette technique d’impression d’image nous vient de très loin, des orfèvres au Moyen-Âge qui cherchaient à graver le métal…
 
XIIIe siècle, Orfèvre au travail
XIIIe siècle, orfèvre au travail
…mais aussi des alchimistes qui utilisaient l’acide nitrique dans leurs opérations de transformation de la matière.
 
« Les Alchimistes », Pieter Bruegel, 1558
« Les Alchimistes », Pieter Bruegel, 1558
 
L’acide nitrique est encore utilisé aujourd’hui mais je préfère le perchlorure de fer qui est moins toxique et moins dangereux.
 
« Les Alchimistes », Georges Reverdy, XVIe siècle
 
« Les Alchimistes », Georges Reverdy, XVIe siècle
 
 

 Découvrez nos gravures